Vleugels van Hoop
 
Vleugels van Hoop
 
Bienvenue - Qui sommes nous? - Aider? - Projets - Actions - Quoi de neuf? - Presse - Contact - FAQ
 
 



Mbogora Burundi
Suivi du projet aout 2016
Octobre 2016
Janvier 2017
Avril 2017
Aout 2017
Photos

 

 

Elevage de porcs pour lutter contre la pauvreté, la faim et le décrochage scolaire.


Emplacement : Mbogora (Burundi)

Durée : 28 mois

Demandeur : Girakazoza asbl - Gitega Burundi

Présentation du projet :

Le projet consiste à faire un élevage de porcs par les élèves du secondaire issus des familles pauvres et monoparentales afin de lutter contre la pauvreté, la malnutrition et le décrochage scolaire. Nous travaillerons en groupes de 5 et en trois phases.

1ère phase : Le groupe s’occupe d’un porc au centre de diffusion du porc à Mbogora avant de recevoir chacun un porcelet pour chez lui. Le centre de diffusion sert de lieu pédagogique pour acquérir de l’expérience quitte à aller faire l’application chez soi. Une des grandes difficultés c’est le manque de formation pour bien mener l’élevage de porc. C’est pour cette raison que Girakazoza organise la formation des futurs éleveurs et met à leur disposition une brochure sur l’élevage de porc.
Les 5 élèves participent activement à l’entretien du porc : nourriture et autres soins. La famille de l’élève met à la disposition du projet un terrain pour cultiver de quoi nourrir le porc et cela gratuitement. 

2ème phase : Après la mise bas et le sevrage, chaque jeune reçoit un porcelet pour aller faire l’élevage chez- lui. Le centre l’aidera à construire une petite porcherie convenable pour éviter que le porc ne vadrouille et n’attrape pas les maladies. Il lui donnera également des semences de soja, source de protéines pour son porc. Le groupe s’entraide à construire les porcheries et à cultiver de quoi nourrir leurs porcs.

3ème phase : L’élève bénéficiaire remettra au centre de diffusion 7,12 porcelets = 8 porcelets (l’équivalent de la somme investie), une fois que le porc reçu ait donné naissance aux petits, 3 porcelets de la 1ère portée, 3 porcelets de la 2ème portée et 2 porcelets de la 3ème portée. Cette remise de porcelets permet la pérennité du projet.

Chaque fois, après le sevrage, on débute avec un autre groupe avec les mêmes règles.

Plus de 23% de la population burundaise est actuellement "en crise alimentaire".
Le Burundi est "le plus affamé" de la sous-région en comparaison avec les cinq autres pays membres de la Communauté d'Afrique de l'Est(CAE), à savoir le Kenya, la Tanzanie, l'Ouganda, le Rwanda et le Soudan du Sud.
La population se nourrit plus des aliments riches en glucides et mangent moins de protéines. La conséquence de cette alimentation déséquilibrée, au moins un Burundais sur deux est en situation de malnutrition chronique. L’élevage de porc est une solution.

Objectifs :

  1. Lutter contre la pauvreté et la malnutrition.
  2. Repeupler du cheptel de porcs dans la région de Kirimiro (centre du Burundi).
  3. Augmentation de la production agricole grâce à une bonne fumure du sol.
  4. Equilibre alimentaire par un apport protéinique.
  5. Avoir de quoi payer les frais de scolarité et lutter ainsi contre le décrochage scolaire.

Bénéficiaires :

  1. Les ménages pauvres et monoparentales de la région de Kirimiro.
  2. Les élèves du secondaire issus des familles monoparentales de Kirimiro.

Budget: 1 691 euro

Risques :

  1. Manque de nourriture suffisante pour les porcs, d’où il faut cultive suffisamment de quoi nourrir les porcs.
  2. Risque de maladies porcelaines d’où la prévision d’un budget pour les médicaments.
Documents en pièces jointes : Tableau de budgétisation + schéma de porcherie

Top


Suivi du projet

Date: aout 2016

Etat général:

Progrès depuis le dernier rapport:

Mi-aout ils ont terminé le toit avec des tuiles, ils ont installés les portières et construit les mangeoires et en partie les abreuvoirs. Ces derniers seront terminés dans quelques jours.

Trois terrains viennent d’être labourés, dès que la pluie tombe, on va planter le soja, patate douce…. pour nourrir les cochons. Il reste 2 terrains à labourer. Chaque famille a donné un terrain. Je suis personnellement impressionné par l’organisation et la qualité du travail grâce à Elie et à l’effort de chaque jeune bénéficiaire.

Etat financier:

Problèmes/points de soucis:

Documents en pièce jointe: photo's

Top


Suivi octobre 2016

Etat général :

La porcherie de 3 chambrettes (loges) de 3m sur 3m chacune a été construite, en bois et planches. La toiture est en  tuiles.

Progrès depuis le dernier rapport :

on a cultivé 5 champs qui vont servir à la culture du soja, de la patate douce et du maïs pendant cette saison culturale A. Les premières pluies viennent de tomber début octobre. Nous avons commencé à semer.
NB : L’élevage proprement dit débute dès que nous produisons nous-mêmes de quoi nourrir les porcs c’est-à-dire d’ici janvier.

Etat financier :

Les dépenses s’élèvent à 1 006 700Fbu. Donc le solde est 3 277 450Fbu
(4 284 150-1 006 700)

Problèmes/points de souci :


Le projet se déroule normalement. Nous n’avons pas de souci particulier.
Le système de facture est quasi inexistant au Burundi sauf pour les produits achetés dans les grands magasins et là encore.

Documents en pièce jointe :

- Photos de la porcherie ;
- Rapport financier du mois de septembre 2016.

Top


Janvier 2017

Date: Le 11/01/2017

Nom projet: Projet 65 : Elevage de porcs

Etat général:

La porcherie de 3 chambrettes (loges) de 3m sur 3m chacune a été construite, en bois et planches. La toiture est faite de tuiles cfr les photos d’octobre 2016. Nous avons également semé quatre champs pour avoir la nourriture du porc.

Progrès depuis le dernier rapport:

Nous avons maintenant 4 champs de cultures dont un contient la patate douce et 3 autres contiennent du soja.
L’élevage proprement dit débute dès que nous produisons nous-mêmes de quoi nourrir le porc. Nous commençons l’élevage au mois de mars 2017 dès que la récolte sera faite.

Etat financier:

Les dépenses s’élèvent à 1 081 800Fbu.
Le solde est de 4 284 150Fbu-1 081800Fbu=3 202350Fbu

Problèmes/points de souci:

Le projet se déroule normalement. Mais le 5eme champ n'étant pas encore semé à cause du manque de pluie suffisante du fait de son aridité.
Le système de facture est quasi inexistant au Burundi sauf pour les produits achetés dans les grands magasins et là encore.

Documents en pièce jointe:

- Photos des champs de plantations de soja et de patate douce
- Rapport financier du mois de janvier 2017.

Top


Suivi Avril 2017

Date : Le 13/04/2017
 
Nom projet : Projet pour jeunes : Elevage de cochon au Burundi

Etat général :

La porcherie de 3 chambrettes (loges) de 3m sur 3m chacune a été construite, en bois et planches. La toiture est faite de tuiles cfr les photos d’octobre 2016. Nous avons également semé quatre champs (patate douce, soja, chou) pour avoir la nourriture du porc.

Progrès depuis le dernier rapport :

La récolte de soja étant faite, la patate douce mûre, nous avons procédé à l’achat d’une truie en date du 27 mars 2017. Elle a été montée le même jour, nous attendons les petits d’ici juillet 2017.
Nous avons planté des choux et acheté du son de riz afin d’améliorer l’alimentation du cochon.

Etat financier :

Les dépenses du projet s’élèvent jusqu’ici à 1 401 300Fbu Fbu.
Le solde est de 4 284 150Fbu-1 401 300Fbu= 2 882 850Fbu

Problèmes/points de souci :

Le projet se déroule normalement sans problème.

Documents en pièce jointe :

-Dépenses effectuées après le rapport de janvier 2017 ;
-Photo de la truie et du champ de choux

Top


Suivi Aout 2017

Etat général :

La porcherie de 3 chambrettes (loges) de 3m sur 3m chacune a été construite, en bois et planches. La toiture est faite de tuiles cfr les photos d’octobre 2016. Nous avons également semé quatre champs (patate douce, soja, chou) pour avoir la nourriture du porc.

Progrès depuis le dernier rapport :

La récolte de soja étant faite, la patate douce mûre, nous avons procédé à l’achat d’une truie adulte. Elle vient de donner naissance à 6 petits. C’est la grande joie chez les élèves qui vont bénéficier des petits.

Etat financier :

Les dépenses du projet s’élèvent à 1 78 000 Fbu depuis le dernier rapport du mois d'avril 2017 jusqu'en ce mois d'août 2017. Le solde est de 2 704 850 Fbu.

Problèmes/points de souci :

Le projet se déroule normalement sans problème.

Documents en pièce jointe :

-Dépenses effectuées après le rapport d’avril 2017 ;
-Photo du cochon et de ses petits.

Top


Photos

Cliquez sur l'image et regardez toute l'album

Top